Vachon, Marc L'arpenteur de la ville. L'utopie urbaine situationniste et Patrick Straram.
Article Type: Book review
Subject: Books (Book reviews)
Author: Senecal, Gilles
Pub Date: 06/22/2006
Publication: Name: Canadian Journal of Urban Research Publisher: Institute of Urban Studies Audience: Academic Format: Magazine/Journal Subject: Social sciences Copyright: COPYRIGHT 2006 Institute of Urban Studies ISSN: 1188-3774
Issue: Date: Summer, 2006 Source Volume: 15 Source Issue: 1
Topic: NamedWork: L'arpenteur de la ville. L'utopie urbaine situationniste et Patrick Straram Montreal (Book)
Persons: Reviewee: Vachon, Marc
Accession Number: 155783079
Full Text: Vachon, Marc L'arpenteur de la ville. L'utopie urbaine situationniste et Patrick Straram Montreal: Tryptique, 2003. 289 pp.

La figure de l'arpenteur de la ville est ici evoquee pour rappeler la presence de Patrick Straram dans le paysage montrealais des annees 60 et 70. Celui-ci fut sans conteste l'un des animateurs des courants contre-culturels de cette epoque et plus particulierement des avant-gardes artistiques, principalement litteraires et cinematographiques. Straram qui avait connu Guy-Ernest Debord en France, avant son installation au Quebec, s'etait d'ailleurs adjuge le titre de representant local de l'Iternationale Situationniste. Porteur d'une message anti-bourgeois et anti-capitaliste, pourfendeur de la societe du spectacle, pour reprendre le titre le plus celebre de Debord, Straram << considere que la vie quotidienne est un secteur colonise sans cesse soumis, affecte et modifie par les technologies et l'ideologie bourgeoise >> (p. 101). Il privilegia << le mode de vie boheme, artistique et poetique >> qui le menait de librairies en tavernes, mais qui avait le merite d'integrer la creation, la politique et la vie quotidienne: << [...] il est la somme des contradictions de la gauche parce qu'il n'y a pas de coupure entre la vision revolutionnaire et sa pratique quotidienne >> (p. 104). C'est ainsi que le parcours singulier de Straram le conduisit a animer les lieux alternatifs de la vie culturelle montrealaise et, suivant ses choix theoriques, a produire une critique radicale des pratiques en amenagement et en urbanisme de son epoque. La reflexion urbanistique de Straram etait manifeste dans ses articles publies dans des revues comme Hobo-Quebec, dans ses livres, notamment Irish Coffees, et au cinema avec le film La terre a boire qu'il realisa. Qui plus est, << dans le film La terre a boire, Montreal est presentee comme un espace de derive >> (p. 169), pour rappeler un autre concept avance par Debord. Straram a aussi beaucoup ecrit sur le cinema. Il fut sans conteste l'un des critiques de cinema les plus actifs des annees 60 et 70. Sa posture critique etait proche d'une gauche marxiste matinee d'iffluves contreculturels et de situationnisme.

Les notions situationnistes sont ici reprises, notamment celles de situations construites et de detournement, ainsi que la theorie de la derive mise de l'avant par Debord. Rappelons que la notion de derive est definie, par Debord, << comme une technique du passage hatif a travers des ambiances variees >> (Theorie de la derive, 1956). De telles derives urbaines seraient revelees par ce que Debord nommait les effets de nature psychogeographique. Ces notions sont utilisees par Marc Vachon pour approcher, a son tour, les mouvements d'urbanisme et rendre compte de leur evolution. Le rappel de la presence de Straram dans l'espace montrealais vise justement a reinvestir des unites d'ambiance et de derive auxquelles Straram accordait une grande importance, tels des librairies, des cinemas, des tavernes et autres lieux legendaires, pour parler de Montreal, comme la Casa Espagnole et la Casanous. Chez Straram, leur description soutient la critique des approches fonctionnalistes en urbanisme.

L'ouvrage de Vachon opere donc sur trois niveaux. Il met en scene Straram dans le contexte d'ebullition culturelle et de transformations sociales rapides que connaissait le Montreal d'alors, puis il revoit son implication dans le mouvement situationniste a la lumiere de sa presence au Quebec et il discute enfin de rurbanisme comme d'un art unitaire. Le rappel du parcours de Straram sert ici de toile de fond pour aborder le role des avant-gardes culturelles et des utopies urbaines et ainsi revisiter le bilan des mouvements d'architecture et d'urbanisme modernes. La posture de Vachon n'est pas prescriptive. Il ne cherche pas a baliser un programme ou proposer un modele de ville ideal. D'ailleurs, il conclut sur l'echec du depassement de l'urbanisme rationnel.

Le merite de l'ouvrage est justement de parvenir, avec une rare efficacite, et une grande elegance, a integrer des elements biographiques et historiques, melant la place des utopies urbaines et le role des avant-gardes a la critique des mouvements urbanistiques de type fonctionnaliste.

Gilles Senecal INRS-Urbanisation, Culture et Societe
Gale Copyright: Copyright 2006 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.